Le Grand Genève s’organise en Silicon Valley européenne des transports propres

Vendredi 2 février 2018, Le Dauphiné

Le Grand Genève n’est pas la Silicon Valley, mais n’empêche. Quand sur une même image sont apparus Planet Solar, le bateau qui a fait le tour du monde au photovoltaïque, Solar Impulse, son homologue aérien et le bus Tosa, tous conçus dans la région, c’est bien une sorte d’excellence rare au monde qui est apparue. C’est elle que le « Innovation Bridge – Mobility », lancé hier aux Assises européennes de la transition énergétique, veut décupler.

Soutenue par la Fondation Nomads, cette structure va mettre en relation des acteurs régionaux (dont la technopole d’Archamps) en mobilité propre dans un premier temps. « Demain (NDLR : Aujourd’hui), nous avons par exemple une réunion pour étudier un projet de pile à combustible rechargeable au photovoltaïque qui pourrait équiper les camions Migros » explique Jean-Luc Favre, Haut-Savoyard et patron des patrons genevois à la manœuvre dans ce dossier.

A l’instar de GreenGT, société vaudoise spécialisée dans les piles à combustible, ou Leclanché, dans les batteries, la région regorge d’acteurs hypers pointus. « Il y a aussi une accessibilité des circuits de décision, une culture de partenariat social ou de l’apprentissage unique sur la planète » a souligné Jean-Luc Favre qui entend donc reproduire le succès de TOSA, le système de recharge flash unique au monde, avec des partenariats publics-privés.

Par la voix de Luc Barthassat, l’Etat de Genève a répondu présent. Et si cette démarche fonctionne pour la mobilité propre, cette mise en réseau de l’innovation pourrait s’étendre aux technologies de la santé, de l’eau, de la cybersécurité ou de l’alimentation.

S.C.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu